• Loeb règne en maître sur le Panthéon du rallye

    LOEB REGNE EN MAÎTRE SUR LE PANTHEON DU RALLYE

    Au pays des légendes divines, Loeb a revêtu sa parure d’Héraclès.

    Le premier des 12 travaux d’Héraclès fut de rapporter la peau du Lion de Némée. Le fils de Zeus s’acquitta de sa tâche en terrassa la féroce bête d’un coup de massue. Ensuite le demi-dieu se recouvrit de la peau de l’animal en guise de trophée.

    Cela fait bien longtemps que l’Héraclès du WRC a écrasé la concurrence. Des trophées acquis, des désillusions des concurrents, Loeb s’en ait fait une parure telle la peau du Lion. La massue avec laquelle il assomme la concurrence hébétée se situe dans son pied droit. Sur son dos, l’alsacien trimbale les scalps des meilleurs pilotes de rallyes.

    Ce weekend a vu la première vrai confrontation directe depuis le début de la saison. Enfin les pilotes Ford ont tenu la dragée haute sur plus d’une demi-journée. Solberg, a mené une belle course et menacé Seb jusqu’au petit matin dominical. Mais il était écrit qu’au pied de l’Olympe, celui qui essaierait de s’attaquer à la montagne du WRC serait frappé par la colère divine. Ainsi Solberg commis l’erreur, une fois de plus, la fois de trop. Le norvégien se devait absolument d’aller chercher la victoire. Il le devait pour envoyer un message au français, remettre Ford sur le sentier de la gloire, pour donner de la crédibilité à ses velléités de titre. Avant de s’élancer dans la spéciale, peut-être aurait-il dû consulter les auspices, celles-ci lui auraient sans doute déconseillé d’attaquer trop fort. Mais le Viking n’est pas familier de religion grecque.

    Son sevrage de victoire entamé en 2005 se poursuit donc. Il est si proche d’y mettre fin, mais la dernière marche semble inatteignable. Solberg a tenté, il a échoué. Le fier Viking est mort les armes à la main, vaincu par plus fort que lui. Où est-donc passé le terrible finisseur, spécialiste des rushes de fin de rallyes ? Il semble bien loin le temps ou le norvégien était capable de s’imposer en duel face au français. Toutes ses années à se débattre soit au volant d’une Impreza rétive ou à la tête de sa structure l’auraient-elles émoussé ?

    Nous voilà à mi-chemin d’un championnat d’ores et déjà plié. Un championnat que Ford et ses pilotes auront littéralement offert à Loeb et Citroën. L’ovale bleu est en train de vivre une véritable Annus Horribilis et il le doit entièrement à ses pilotes. La fin de saison risque de s’apparenter à un chemin de croix pour les troupes de Malcolm Wilson. Les espoirs du constructeur américains sont dispersés, perdus dans les cordes piégeuses du Portugal, de l’Argentine, de la Grèce, éparpillés façon puzzle. Loeb et Citroën n’avaient pas besoin de telles offrandes. La machine rouge est implacable, pour l’enrailler il fallait une saison parfaite. Ford semble bel et bien incapable d’en produire une. Empêtré dans une situation budgétaire compliquée, l’on voit mal Ford redresser la barre dans le futur. Et de futur, y en aura-t-il un ? L’arrivée demain de VW avec les moyens de ses ambitions, et après-demain de probablement Toyota, autant de menaces planant sur Ford, de funestes augures… Malcolm sur le chemin du retour devrait certainement faire un crochet pour consulter l’Oracle de Delphes. Trouvera-t-il dans les réponses sibyllines un début de sortie du tunnel ?

     Paul Huertas.

    https://www.facebook.com/AsphalteBlog


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :